Blog

Moyen Orient

Où payer le moins d’impôts au Moyen Orient ?

Où payer le moins d’impôts en Moyen-Orient ? C’est de cela que nous parlerons dans ce nouvel article. Le Moyen-Orient est une région qui présente un éventail diversifié de systèmes fiscaux. En matière d’impôts, les taux varient d’un pays à l’autre. Certains pays ont des taux d’imposition élevés, tandis que d’autres ont des taux d’imposition faibles. Lorsqu’il est question d’impôts, la plupart des gens ne sont pas impatients de les payer. En fait, beaucoup de gens font tout ce qu’ils peuvent pour éviter de payer des impôts. Si vous êtes à la recherche d’un endroit où vous pouvez payer le moins d’impôts possible, nous vous invitons à consulter cet article de blog. Nous avons dressé une liste des 10 pays de la région ayant les taux d’imposition les plus bas. Vous trouverez également en cliquant ici, où vous expatrier pour payer moins d’impôts.

La notion d’impôt en Moyen-Orient

Au Moyen-Orient, les impôts désignent généralement l’argent que les citoyens sont tenus de verser à l’État afin de financer les dépenses publiques. Cela inclut des choses comme les infrastructures, l’éducation, la défense, etc. Le montant des impôts que les gens doivent payer varie d’un pays à l’autre, et est généralement basé sur des facteurs tels que le revenu et le niveau de vie. Il existe différents types d’impôts au Moyen-Orient, notamment l’impôt sur le revenu, l’impôt foncier, la taxe de vente et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). La manière dont ces taxes sont collectées varie également d’un pays à l’autre.

Dans certains cas, les impôts sont déduits directement du salaire des personnes par leur employeur. Dans d’autres cas, les gens doivent remplir une déclaration d’impôts et payer eux-mêmes leurs impôts. Le montant des impôts que les gens doivent payer dépend également de leur niveau de revenu. Plus une personne est riche, plus elle doit généralement payer d’impôts. Le concept de l’impôt est généralement perçu de manière positive au Moyen-Orient, car il est considéré comme un moyen nécessaire de financer les services publics. Cependant, certains pensent que les impôts sont trop élevés et que le gouvernement devrait faire davantage pour les réduire.

La fiscalité au Moyen-Orient a une longue histoire, qui remonte à l’époque de l’Empire Ottoman. La fiscalité dans la région est généralement régie par la loi religieuse, avec des taxes prélevées sur les revenus, les biens et autres transactions. Le concept d’imposition au Moyen-Orient est généralement basé sur le principe de la Zakat, qui est un don caritatif obligatoire utilisé à des fins de bien-être social. La Zakat est généralement collectée par le gouvernement et distribuée aux personnes dans le besoin. Dans certains pays, elle est également utilisée pour financer les institutions religieuses.

Au Moyen-Orient, la fiscalité est souvent considérée comme un mal nécessaire, de nombreuses personnes estimant que les impôts ne devraient servir qu’aux dépenses essentielles du gouvernement. Cependant, on reconnaît de plus en plus la nécessité de la fiscalité pour financer les projets de développement et d’infrastructure, qui peuvent améliorer l’économie globale. Il existe un certain nombre de raisons expliquant la faible charge fiscale au Moyen-Orient. Ces raisons comprennent :

  • La dépendance à l’égard des revenus du pétrole et du gaz, qui ne sont pas soumis à l’impôt
  • Les faibles niveaux de dépenses publiques, qui réduisent le besoin de recettes fiscales
  • Les faibles niveaux de développement économique, ce qui signifie qu’il y a moins de contribuables et que moins de recettes fiscales sont collectées

La fiscalité au Moyen-Orient est un sujet complexe et il n’existe pas d’approche unique. Chaque pays possède son propre système fiscal unique, et la meilleure façon de comprendre le paysage fiscal au Moyen-Orient est de consulter un conseiller fiscal qualifié.

Les types d’impôts en Moyen-Orient

Il existe trois types de systèmes fiscaux au Moyen-Orient : direct, indirect et à valeur ajoutée.

Les impôts directs

Les impôts directs sont des impôts qui sont prélevés sur des personnes ou des entités en fonction de leur revenu ou de leur richesse. Ces impôts sont généralement progressifs, ce qui signifie que les contribuables ayant des revenus plus élevés ou une plus grande richesse paient des taux plus élevés que ceux ayant des revenus plus faibles ou une moindre richesse. Il s’agit notamment de l’impôt sur le revenu.

L’impôt sur le revenu est le type d’impôt le plus courant au Moyen-Orient. Il est prélevé sur le revenu imposable d’un particulier ou d’une entreprise. Le taux de l’impôt sur le revenu varie d’un pays à l’autre, mais il est généralement progressif, ce qui signifie que plus le revenu est élevé, plus le taux d’imposition est élevé.

Les impôts indirects

Les impôts indirects sont des impôts qui sont prélevés sur la vente ou la consommation de biens et de services. Ces impôts sont généralement régressifs, ce qui signifie qu’ils prélèvent un pourcentage plus important du revenu des contribuables à faible revenu que des contribuables à revenu élevé. C’est le cas des taxes de vente et de l’impôt foncier :

  • La taxe de vente est une taxe de consommation qui est prélevée sur la vente de biens et de services. Le taux de la taxe de vente varie habituellement d’un pays à l’autre, mais il se situe généralement entre 5 et 10 %.
  • L’impôt foncier est une taxe prélevée sur la valeur des biens, tels que les terrains et les bâtiments. Le taux de l’impôt foncier varie habituellement d’un pays à l’autre, mais il se situe généralement entre 1 et 2 %.

La valeur ajoutée

Les taxes sur la valeur ajoutée (TVA) sont des impôts indirects qui sont prélevés sur la vente ou la fourniture de biens et de services. La TVA est une taxe à la consommation, ce qui signifie qu’elle est généralement facturée au consommateur final des biens et services. La TVA peut être imposée à chaque étape du processus de production et de distribution, les entreprises pouvant récupérer la TVA qu’elles ont payée sur leurs intrants grâce à un remboursement gouvernemental. Le Moyen-Orient a une charge fiscale relativement faible par rapport aux autres régions du monde. Au Moyen-Orient, les recettes fiscales en pourcentage du PIB sont d’environ 20 %, ce qui est inférieur à la moyenne mondiale de 24 %.

Déclaration d’impôts au Moyen-Orient : comment procéder ?

Si vous êtes un résident du Moyen-Orient, vous devrez remplir une déclaration de revenus pour payer les impôts sur vos revenus. Le processus de déclaration d’impôt peut varier en fonction du pays dans lequel vous résidez, mais il existe certaines étapes générales que vous devrez suivre :

  1. La première étape consiste à rassembler tous les documents nécessaires. Cela comprend vos déclarations d’impôts, toute information sur les déductions ou les crédits, et vos pièces d’identité.
  2. Une fois que vous avez tous les documents requis, vous devrez remplir un formulaire de déclaration de revenus. Ce formulaire vous demandera des informations de base telles que votre nom, votre adresse et votre numéro de sécurité sociale. Vous devrez également fournir des détails sur vos revenus et tout autre élément de revenu. Afin de remplir votre déclaration d’impôt avec précision, vous devrez également recueillir des informations sur les déductions ou les crédits auxquels vous avez droit.
  3. Après avoir rempli le formulaire de déclaration fiscale, vous devrez le soumettre à l’autorité fiscale compétente. Dans la plupart des cas, cela peut se faire par voie électronique.
  4. Une fois que votre déclaration d’impôt a été traitée, vous recevrez un avis de cotisation. Ce document indiquera le montant de l’impôt que vous devez, les options de paiement qui vous sont offertes et la date limite à laquelle le paiement doit être effectué.

Si vous avez des questions sur le processus de déclaration d’impôt ou sur le montant de l’impôt que vous devez, vous devez contacter un professionnel de la fiscalité qualifié. Ils peuvent vous aider à vous assurer que vous vous conformez à toutes les réglementations applicables.

10 pays du Moyen-Orient ayant les taux d'imposition les plus bas

Voici une liste des 10 pays du Moyen-Orient ayant les taux d’imposition les plus bas. Ces informations peuvent être utiles aux particuliers et aux entreprises qui cherchent à minimiser leurs obligations fiscales dans cette région.

Le Bahreïn

Bahrein

Le taux d’imposition au Moyen-Orient de Bahreïn est un taux fixe de 5 %. Il n’y a ni déductions ni exemptions. Cet impôt est imposé sur tous les revenus, quelle que soit leur source. Le système fiscal au Bahreïn est relativement simple. Il n’y a pas de déductions ou d’exemptions. Tous les revenus sont imposés à un taux fixe de 5 %. Cela rend la planification et la conformité fiscales relativement simples. Malgré son faible taux d’imposition, Bahreïn dispose d’une infrastructure bien développée et d’une main-d’œuvre qualifiée. Cela en fait un lieu attrayant pour les entreprises qui cherchent à se développer dans les domaines suivants :

  • Industrie manufacturière
  • Banque et finance
  • Technologie
  • Transport maritime et logistique

Le régime fiscal de Bahreïn est propice à la croissance des entreprises et aux investissements. Les entreprises qui cherchent à se développer au Moyen-Orient feraient bien de considérer Bahreïn comme une destination.

Les Emirats Arabes Unis (EAU)

Emirats Arabes Unis

Le taux d’imposition des EAU au Moyen-Orient est l’un des plus bas au monde. Cela en fait une destination attrayante pour les entreprises et les particuliers. Les EAU ont un système fiscal simple et efficace, et un certain nombre d’incitations fiscales sont disponibles pour les entreprises. Le taux d’imposition est également relativement faible par rapport aux autres pays de la région. Il n’y a pas d’impôt sur le revenu des particuliers, et le taux d’imposition des sociétés n’est que de 10 %. Les EAU comptent également un certain nombre de zones franches, qui offrent aux entreprises un certain nombre d’avantages, notamment l’exonération fiscale des bénéfices, l’absence de restrictions sur la propriété étrangère et le rapatriement de 100 % des bénéfices.

Le Qatar

Qatar

Le Qatar a le taux d’imposition le plus bas du Moyen-Orient, ce qui en fait une destination attrayante pour les entreprises comme pour les particuliers. Il n’y a pas d’impôt sur le revenu ou sur les plus-values au Qatar, et le taux d’imposition des sociétés n’est que de 10 %. Cela fait du Qatar un lieu idéal pour les entreprises qui cherchent à étendre leurs activités sur le marché du Moyen-Orient. Les particuliers peuvent également bénéficier des faibles taux d’imposition du Qatar. Il n’y a pas d’impôt sur le revenu des particuliers, et les taxes foncières sont relativement faibles. Cela fait du Qatar une destination attrayante pour les personnes qui cherchent à s’installer ou à investir dans l’immobilier.

Le gouvernement du Qatar a fait de gros efforts pour attirer les investissements et les entreprises étrangères dans le pays. L’introduction du nouveau visa d’affaires qatari a permis aux entreprises de s’installer plus facilement au Qatar. Le gouvernement a également créé un certain nombre de zones économiques spéciales qui offrent des incitations fiscales et d’autres avantages aux entreprises. Ces zones constituent une excellente opportunité pour les entreprises qui cherchent à s’implanter au Qatar.

Le Qatar est en passe de devenir une destination de choix pour les entreprises et les particuliers à la recherche de faibles taxes et d’un climat d’affaires favorable. Avec son économie et ses infrastructures en pleine croissance, le Qatar est un lieu idéal pour les entreprises qui cherchent à se développer au Moyen-Orient.

L'Oman

Oman

L’Oman n’a pas d’impôt sur le revenu des personnes physiques, d’impôt sur les gains en capital, d’impôt sur les dons, d’impôt sur les successions ou de droits de succession. Le taux d’imposition à Oman est de 20 %. Il comprend un impôt sur les sociétés de 12 %, une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 5 % sur les dividendes et un impôt sur les plus-values. L’Oman impose également un principe territorial, ce qui signifie que seuls les revenus de source omanaise sont imposés. Cela fait d’Oman une destination attrayante pour les investisseurs étrangers.

Oman a conclu des conventions de double imposition (CDI) avec plusieurs pays, ce qui permet aux entreprises d’éviter de payer des impôts sur le même revenu dans deux pays. Les taux d’imposition d’Oman sont généralement inférieurs à ceux des autres pays du CCG, ce qui fait d’Oman une destination attrayante pour les entreprises.

Le gouvernement omanais offre un certain nombre d’incitations fiscales aux entreprises, notamment une exonération de cinq ans de l’impôt sur les sociétés pour les nouvelles entreprises et une réduction de 50 % de l’impôt sur les sociétés pour les entreprises qui exportent plus de 50 % de leurs produits. Oman offre également un certain nombre de vacances fiscales et d’exonérations de droits de douane pour les entreprises. Ces incitations, combinées aux faibles taux d’imposition du pays, font d’Oman une destination attrayante pour les entreprises qui cherchent à s’établir ou à étendre leurs activités. 

Le Koweït

Koweït

Le Koweït n’a pas non plus d’impôt sur le revenu des particuliers ni d’impôt sur les plus-values. Les impôts sur les successions et les héritages ne sont pas non plus prélevés au Koweït. Le taux d’imposition au Koweït est de 15 %. Cet impôt est imposé à toutes les sociétés et à tous les particuliers qui gagnent des revenus au Koweït. L’impôt est également imposé à tout Koweïtien qui possède une propriété au Koweït, à quelques exceptions près. L’impôt est calculé sur la base de la valeur de la propriété, à l’exception des citoyens koweïtiens qui gagnent des revenus en dehors du Koweït et des ressortissants étrangers qui travaillent au Koweït, qui sont exemptés d’impôt.

Le Koweït a un taux d’imposition relativement faible par rapport aux autres pays du monde. Le taux de l’impôt sur les sociétés n’est que de 15 %, et le taux de l’impôt sur le revenu des particuliers ne commence qu’à 5 %. Le Koweït a également une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de seulement 3 %. Ces faibles taux d’imposition ont contribué à attirer les investissements étrangers et l’économie du Koweït a prospéré en conséquence.

Le système fiscal du Koweït est également assez simple et efficace. Le Koweït a un taux d’imposition fixe pour les particuliers et les sociétés, ce qui signifie que chacun paie le même pourcentage de son revenu en impôts, quel que soit son salaire. Cela facilite la budgétisation et la planification des impôts pour les entreprises, et cela contribue également à la croissance de l’économie koweïtienne. Le Koweït est un endroit idéal pour investir, et vous pourrez conserver une plus grande partie de vos bénéfices si vous y faites des affaires.

L'Arabie Saoudite

Arabie Saoudite

En Arabie Saoudite, le taux d’imposition le plus bas du Moyen-Orient est de 0 % pour les particuliers et les entreprises. Il n’y a pas d’impôt sur les revenus personnels, les ventes, les bénéfices, les gains en capital ou les dividendes. Il n’y a pas non plus de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ni de droits de succession. Cela en fait une destination attrayante pour les entreprises et les particuliers qui cherchent à investir et à faire des affaires dans la région.

L’Arabie Saoudite possède un système fiscal relativement simple par rapport à d’autres pays du monde. Cela en fait une destination attrayante pour les entreprises et les investisseurs. Grâce à l’absence de taxes, il est facile de faire des affaires et de réaliser des bénéfices en Arabie Saoudite. Il existe également un certain nombre de zones franches dans le pays qui offrent des incitations fiscales aux entreprises. Ces zones sont situées à Djeddah, Dammam et Riyad.

Le gouvernement saoudien ne taxe pas les entreprises étrangères sur leurs bénéfices. Cela fait du pays une destination attrayante pour les entreprises internationales. Il existe également un certain nombre d’accords de double imposition qui exemptent les sociétés étrangères de payer des impôts sur leurs bénéfices en Arabie saoudite. Ces accords sont en place avec un certain nombre de pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada. Cela fait du pays une destination attrayante pour les entreprises internationales.

Il n’y a pas d’impôt sur les plus-values en Arabie saoudite, ce qui signifie que vous pouvez gagner de l’argent en vendant des actions ou des biens immobiliers sans avoir à payer d’impôts sur vos bénéfices. Il n’y a pas non plus d’impôts sur les successions en Arabie saoudite, ce qui signifie que vous pouvez transmettre votre patrimoine à votre famille sans qu’elle n’ait à payer d’impôts sur celui-ci.

L'Égypte

Egypte

L’Égypte a le taux d’imposition le plus bas du Moyen-Orient, ce qui en fait une destination attrayante pour les entreprises et les investisseurs. Le gouvernement offre un certain nombre d’incitations fiscales pour encourager les investissements et la croissance économique. Il s’agit notamment d’un taux d’imposition forfaitaire de 20 % sur les bénéfices des sociétés, d’exemptions de droits de douane et de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur certaines marchandises importées, et de tarifs préférentiels pour les marchandises exportées vers certains marchés. Le système fiscal égyptien est simple et efficace. Le gouvernement s’engage à poursuivre les réformes pour attirer davantage d’investissements et stimuler la croissance économique.

La Turquie

Turquie

La Turquie a le taux d’imposition le plus bas du Moyen-Orient, ce qui en fait une destination attrayante pour les entreprises et les investisseurs. Le gouvernement offre une variété d’incitations fiscales pour encourager l’investissement et la croissance économique. Ces allégements fiscaux peuvent faire une différence significative dans le résultat net des entreprises opérant en Turquie. Le taux d’imposition au Moyen-Orient pour la Turquie est de 10 %.

Comme vous pouvez le constater, il est beaucoup plus faible que dans d’autres pays du Moyen-Orient. Cela en fait une destination attrayante pour les entreprises et les investisseurs. Le gouvernement offre une variété d’incitations fiscales pour encourager l’investissement et la croissance économique, ce qui peut faire une différence significative dans le résultat net des entreprises opérant en Turquie.

Le Maroc

Maroc

Le Maroc a le taux d’imposition le plus bas du Moyen-Orient, soit 0 %, qui s’applique aux entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 60 000 dirhams. Les sociétés dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 60 000 dirhams sont imposées à un taux de 2,5 %. Le taux standard de l’impôt sur les sociétés au Maroc est de 30 %, mais un certain nombre de régimes fiscaux spéciaux sont disponibles pour certains types d’entreprises, telles que celles engagées dans l’agriculture ou le tourisme. Le Maroc a le taux d’imposition le plus bas du Moyen-Orient, soit 20 %. Ce taux d’imposition s’applique aux revenus des particuliers et des sociétés. Il n’y a pas d’autres taxes qui s’appliquent aux citoyens marocains vivant au Moyen-Orient. Cela fait du Maroc l’un des pays les plus favorables sur le plan fiscal au monde, tant pour les particuliers que pour les entreprises.

Le gouvernement marocain a mis en place un certain nombre d’incitations pour encourager les investissements dans le pays. Celles-ci comprennent une réduction de 20 % du taux d’imposition des sociétés pour les entreprises qui investissent dans certains secteurs de l’économie, comme l’agriculture, le tourisme ou les énergies renouvelables. Il existe également un congé fiscal de 10 ans pour les entreprises qui investissent dans certaines zones défavorisées du pays.

La Jordanie

Jordanie

La Jordanie a un taux d’imposition de 0 % pour les résidents et les non-résidents. Il n’y a pas d’impôt sur le revenu des personnes physiques, et le taux d’imposition des sociétés n’est que de 10 %. Cela fait de la Jordanie une destination attrayante pour les entreprises et les investisseurs. Toutefois, d’autres taxes s’appliquent, comme la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les droits de douane. Ces taxes peuvent rendre coûteux le fait de faire des affaires en Jordanie, il est donc important de prendre en compte tous les coûts avant de prendre toute décision.

Malgré les faibles taux d’imposition, la Jordanie est un endroit relativement cher pour faire des affaires. Cela est dû aux coûts élevés pour des choses comme les espaces de bureaux et la main-d’œuvre. En outre, la Jordanie possède un environnement réglementaire complexe et bureaucratique, ce qui peut rendre difficile le lancement et l’exploitation d’une entreprise. Pour ces raisons, il est important de consulter des experts avant de prendre toute décision concernant les affaires en Jordanie.

    FAQ - Questions fréquentes

    Si vous cherchez à payer le moins d’impôts possible au Moyen Orient, il existe quelques pays dans lesquels vous devriez envisager de déménager. Ces pays ont des taxes immobilières plus faibles, ce qui peut vous faire économiser une somme d’argent importante chaque année. Parmi ceux-ci, nous avons : la Jordanie, le Maroc, la Turquie, l’Égypte, l’Arabie Saoudite, etc.

    Il existe trois types de systèmes fiscaux au Moyen-Orient :

    • L’impôt direct
    • L’impôt indirect
    • La valeur ajoutée

    Nous vous avons listé dix pays du Moyen Orient où il est intéressant de pouvoir s’y installer si vous cherchez à payer le moins d’impôts. Cependant, il est important pour vous de savoir également qu’en Syrie ou encore au Liban par exemple, le taux d’imposition peut être plus élevé.

    Sources utilisées pour la rédaction de cet article

    Expat Immo

    À propos

    Expat' Immo est basé à Singapour et Dubaï. Nous aidons les expatriés à investir dans des immeubles/appartements de rapport en France.