Blog

Payer moins d'impôts

Où s’expatrier pour payer moins d’impôts ?

Partir à l’étranger n’est pas seulement un moyen de découvrir et de s’imprégner d’une culture. Cela peut aussi être l’occasion de profiter de taux d’imposition plus avantageux. Certaines régions ont peu ou pas d’impôt sur leurs résidents. Alors est aujourd’hui possible pour vous de réduire vos impôts voire de ne plus en payer du tout ! De nombreuses entreprises ouvrent le commerce à l’étranger pour maximiser leurs profits. Pour optimiser vos impôts et votre style de vie, vous devriez viser les pays avec un système fiscal régional. Les impôts sont la principale source d’approvisionnement du trésor public. Il permet à ces derniers de financer les dépenses publiques de base et de réguler l’activité économique. Chaque pays du monde a son propre taux d’imposition. Ainsi, ils peuvent être très différents. De même, les taux de recettes fiscales peuvent varier d’un pays à un autre. Où s’expatrier pour payer moins d’impôts ? C’est de ça que nous parlerons dans ce nouvel article, mais vous pourrez également savoir comment vous déclarer expatrié en lisant cet article.

La notion d’impôt

Encore appelé taxe foncière, l’impôt est redevable par toutes les personnes salariées, propriétaire d’un bien immobilier ou successions. C’est un impôt qui est prélevé par an par les communes et ainsi, toute personne propriétaire d’un bien en est redevable. Certes vous êtes expatrié mais votre domicile fiscal reste dans le pays ainsi, vous continuez à être imposable. En outre, payer ses impôts est donc obligatoire. Ils servent à financer les dépenses publiques et peuvent constituer un moyen de régulation de l’activité économique.

Les différents types d’impôts

Les impôts se classent en deux catégories que sont :

  • Les impôts directs : ce sont des impôts demandés aux contribuables par le biais de l’impôt sur les revenus, de la taxe foncière ou de la taxe d’habitation.
  • Les impôts indirects : ce sont des impôts que le contribuable règle sans demande d’avis de la part de l’administration fiscale (les TVA, TICPE, etc…).

Les impôts directs

Les impôts qui sont payés et supportés par la même personne sont appelés « impôts directs », c’est-à-dire que le contribuable et le contribuable direct sont la même personne. Ce sont des impôts directs, supportés et payés par la même personne :

  • L’impôt sur le revenu : C’est l’impôt direct qui touche le plus de contribuables. Il est appliqué à toutes les personnes résidant dans un pays et ayant des biens immobiliers en location. Il s’applique aux salaires et également à d’autres types de revenus. Pour autant, le contribuable n’est pas imposé sur l’ensemble de ses revenus. 
  • L’impôt de solidarité sur la fortune : c’est l’ancien impôt sur la fortune français payé par les personnes physiques et les couples détenant un patrimoine net taxable strictement supérieur à un certain seuil d’entrée au 1er Janvier de l’année considérée.
  • La taxe d’habitation : Cette taxe perçue par les collectivités locales et votée par elles-mêmes concerne les résidents du pays. Elle est versée aussi bien par les locataires (expatriés ou pas) que par les propriétaires (expatriés ou pas) ou les personnes occupant un bien immobilier à titre gratuit.
  • L‘impôt sur les sociétés : L’impôt sur les sociétés selon la terminologie usitée en France, ou impôt des sociétés selon la terminologie belge est un impôt sur le revenu des entreprises. Il existe dans la majorité des pays.
  • Les droits d’enregistrement : Dans la terminologie fiscale, l’enregistrement désigne une formalité accomplie par un agent public à l’occasion d’un acte ou d’un fait juridique, notamment de la mutation d’un bien immeuble ou meuble, d’un décès, d’une instance judiciaire etc.

Les impôts indirects

Les impôts indirects, comme nous l’avons souligné précédemment, sont des impôts supportés par une personne mais payés au trésor public par une autre personne. Nous avons par exemple, les TVA, les droits d’enregistrement, la TIPP, etc.

Top des pays où on paye moins d'impôts

Il est aujourd’hui possible de réduire ses impôts voire de ne plus en payer du tout. Beaucoup d’entreprises s’installent à l’étranger pour en tirer un maximum de bénéfices. Voici 10 endroits qui constituent les meilleures destinations pour s’expatrier.

Dans ces pays, soit il n’y a pas de règles en matière d’impôts, soit les entreprises sont faiblement imposées. En conclusion, les entrepreneurs qui ouvrent leur entreprise dans l’un de ses pays ci-dessous gagnent et économisent plus d’argent.

Voici dix pays qui obtiennent de mauvaises notes en matière de fiscalité et pour lesquels l’UE souhaite mettre fin aux pratiques douteuses. En cliquant sur ce lien, nous vous expliquons plus en détail comment ne pas être résident fiscal français.

Andorre

Andorre

Sous la pression de l’Union européenne, Andorre a introduit pour la première fois un impôt sur le revenu en 2015. Andorre est toujours un paradis fiscal peu élevé. Cette petite principauté indépendante est située entre l’Espagne et la France, où les impôts sont élevés. Il a longtemps été connu comme une destination pour les achats hors taxes. L’Andorre, pays de montagne idyllique, propose également des permis de séjour pour les investisseurs et les entrepreneurs. Seul l’impôt sur le revenu est facturé. Il n’y a pas de frais en dessous de 24 000 €. À partir de 40 000 € le taux d’imposition peut aller jusqu’à 10 %.

La Bulgarie

La Bulgarie

Le taux d’impôt sur le revenu des personnes physiques de 10 % en Bulgarie est le plus bas de l’UE. Le taux d’imposition des sociétés est le même, 10% (par rapport à Chypre), mais la Bulgarie a des conventions fiscales avec de nombreux pays. En particulier, certains entrepreneurs internationaux bénéficient d’un traitement fiscal spécial. En gros, le système fiscal bulgare est simple : vivre et payer 10 %. À partir de 183 jours sur une année en Bulgarie, ou en ayant convaincu le bureau des impôts que vous souhaitez y rester, vous pouvez y devenir résident fiscal. Bien qu’il soit souvent plus facile de rester à la maison, cela signifie que le test vous donne plus de flexibilité et tient compte d’un certain nombre de facteurs.

La République Tchèque

Bien que la République tchèque ait simplifié les taux d’imposition sur le revenu des particuliers et des sociétés à des niveaux raisonnables, elle est souvent négligée en tant que zone à faible taux d’imposition. En fait, les indépendants dans l’UE bénéficient non seulement du taux d’imposition forfaitaire tchèque de 15 %, mais ils peuvent également demander une exonération d’impôt forfaitaire au lieu des dépenses réelles. Pour la plupart des propriétaires d’entreprise, un paiement unique peut réduire les impôts forfaitaires de 40 % à 60 %, tandis que les entrepreneurs indépendants ont un taux d’imposition effectif de 6 % à 9 %.

La Géorgie

La Géorgie est le seul pays d’Europe à avoir un système fiscal à prédominance territoriale, ce qui signifie que, dans la plupart des cas, les revenus étrangers correctement ajustés ne sont pas imposés. L’impôt sur le revenu des personnes physiques est fixé à 1% pour ceux qui gagnent jusqu’à 500 000 Lari géorgiens (Lari) ou 164 000 euros par an, et à 0 % sur les revenus provenant de l’étranger.

Gibraltar

Gibraltar

Gibraltar est depuis longtemps un paradis fiscal populaire pour les citoyens britanniques, mais Gibraltar est un lieu de résidence fiscalement avantageux pour tous. Le programme de visa de niveau 2 est également attrayant mais nécessite une valeur nette de 2 millions de livres sterling (environ 2,5 millions de dollars) pour être éligible. En plus de la preuve de cette richesse, il existe d’autres exigences. La principale exigence est l’achat ou la location d’un bien « admissible ». Sinon, il n’y a rien à faire à Gibraltar. Avec les taux d’impôt sur le revenu, progressifs mais régressifs de Gibraltar, allant de 10 % à 29 %, vous payez un impôt annuel minimum de 22 000 € et un impôt annuel maximum de 28 360 € à un taux standard de 12,5 %.

Malte

Malte

Cet archipel au milieu de la mer Méditerranée fait partie de l’Union européenne. C’est aussi l’un des quatre pays de la liste appartenant à l’espace Schengen. Malte a réussi à proposer un régime fiscal très utile. Le taux d’imposition des sociétés pour les particuliers et les entreprises n’est que de 5 %. Il s’applique également aux entreprises non-résidentes. Les résidents maltais ne sont pas imposés sur leurs revenus étrangers. De plus, même si ces bénéfices sont déposés sur un compte bancaire à Malte, il n’y a pas d’impôt étranger sur les bénéfices. Comme les autres revenus (B), les pensions peuvent être payées en un seul versement en vertu de la convention fiscale de 15 % de Malte. Le coût du maintien de la résidence à Malte équivaut au paiement d’un impôt minimum de 15 000 € par an. Un titre de séjour financier peut également être obtenu.

Monaco

Monaco

Bien que Monaco ne soit pas membre à part entière de l’Union européenne, elle participe de facto à l’espace Schengen sans frontières, offrant une excellente mobilité. Les personnes physiques Monégasques ont un taux d’imposition de 0 %. Par contre, son impôt sur les sociétés est désormais fixé à 25 % depuis début janvier 2022.

Le Monténégro

Le petit pays de Yougoslavie à l’un des taux d’imposition les plus bas d’Europe. Tant les particuliers que les entreprises, seulement 9 % d’ici 2022. Le Monténégro permet aux étrangers d’acheter une propriété résidentielle pour une carte de séjour temporaire qui peut être renouvelée chaque année. Si vous séjournez au Monténégro moins de 183 jours, vous ne payez généralement pas d’impôts. Si vous vivez la plupart du temps au Monténégro, vous serez résident fiscal et paierez un taux forfaitaire de 9 % de vos revenus.

Le Portugal

La plupart des gens n’associent pas le Portugal aux pays à faible fiscalité. Dans la plupart des cas, ils ont raison. Pour un résident moyen, le Portugal n’aura pas d’avantages fiscaux. Par contre en tant qu’étranger, vous pourrez bénéficier d’une exonération d’impôts. Ce qui peut exonérer jusqu’à 100 % de leurs revenus de l’impôt portugais. Bien que cette exemption ne vous permette pas de vivre au Portugal en franchise d’impôt pour toujours, elle est suffisamment longue pour vous permettre de revendiquer la citoyenneté portugaise si vous remplissez les conditions de séjour physique plutôt indulgentes.

La Suisse

Bien sûr, la Suisse n’a pas été aussi utile aux immigrés ces dernières années qu’elle l’a été aux banques. Cependant, il reste l’un des pays les plus sûrs et les plus respectés au monde. D’autant plus qu’elle est située au centre de l’Europe. Si vos revenus annuels dépassent 1 million d’euros, le maintien de votre domicile et de votre résidence fiscale en Suisse vous permettra de bénéficier d’un taux d’imposition modéré. Si vos revenus se chiffrent en millions, la Suisse peut réduire le taux d’imposition à moins de 10 %. Il faut dire que la Suisse n’est pas un endroit bon marché où vivre. Cependant, il a le niveau de vie le plus élevé au monde. En particulier, le taux d’imposition le plus élevé est de 11,5 %. Cela en soi témoigne de son attrait mondial.

Les taux d’imposition par pays et territoire

PAYS

IMPÔTS SUR LES SOCIÉTÉS

IMPÔTS SUR LE REVENU DES PARTICULIERS (TAUX MARGINAL LE PLUS BAS)

IMPÔTS SUR LE REVENU DES PARTICULIERS (TAUX MARGINAL LE PLUS ELEVE)

TVA ou TPS ou TAXE DE VENTE

Afghanistan

20%

0%

20%

0%

Albanie

15%

0%

23%

20% (taux normal)

6% (services touristiques)

Algérie

26% (taux le plus élevé)

19% (taux le plus bas)

                                              0%

                                          35%

19% (taux standard)

9%(articles de base)

Andorre

10%

0%

10%

4,5% (taux normal)

9,5% (services bancaires)

2,5%,1% ou 0%(taux réduits)

Angola

30%

0%

17%

10%

Argentine

30% pour les résidents et 15% pour les non-résidents depuis 2021

9%

35%

21%

Arménie 

18%

22%

22%

20%

Australie

30% (taux standard)

26% (base entity rate)

0%

45%

10% (taux standard)

0% (articles essentiels)

Autriche

25%

0%

55%

20% (taux standard)

13% (service touristiques)

10% (article de base)

Bahamas

0%

0%

0%+8,8% de prélèvements sociaux

12% (taux standard)

Bahreïn

0%

0%

0%

5%

Biélorussie

18%

13%

17%

20% (taux standard)

10% (taux réduit)

Belgique

25%

25%

79,5%

20,5%(taxe de sécurité sociale obligatoire) 50%(fédéral)

3-9%-municipal)

21% (taux standard)

12% (restaurant)

6%(produits essentiels et sélectionnés)

bénin

35%

10%

35%

18%

Bermudes

0%

0%

0%

0%

Brésil

15%

0%

27,5%

17% à 19% (taux d’imposition de l’Etat)

0% à 300%( taux d’imposition fédéral)

Bulgarie

10% (°5% sur la distribution des bénéfices)

10%

10%+18% d’impôts sur les caisses de sécurité sociale

20% (9% sur les hébergements en hôtel et camping)

Burkina Faso

27,5%

0%

25%

18%

Cameroun

31,5%

10%

35%

19,25%

Géorgie 

    

Cap-Vert

25%

16,5%

27,5%

15%

Tchad

NC

NC

NC

NC

Iles caïmans

0%

0%

0%

0%

chine

25% (taux standard)

15% (taux de concession pour les entreprises de haute technologie)

0%

45%

13% (taux standard)

6% (autres services)

0% (biens et services pour l’exportation)

Colombie

31%

0%

35% (revenu hors travail)

39% (revenu du travail)

19% (taux standard)

5% ou 0% (taux réduits)

Cambodge

20%

0%

20%

10%

Costa Rica

30%

0%

25%

13% (Taux standard)

Croatie

18% (pour des bénéfices supérieurs à 3 millions kn)

12%(pour des bénéfices inférieures à 3 millions de kn)

12%

40%

25% (taux standard)

cuba

30%

15%

50%

20% (taux le plus élevé)

2,5% (taux le plus bas)

République dominicaine

27%

0%

25%

18%

Egypte

22,5% (sur les bénéfices imposables des sociétés)

(+5% sur la distribution des bénéfices)

0%

22,5%

14% (taux standard)

10% (services professionnels)

Estonie

20%

20%

20%

20% (taux standard)

9% taux réduits)

France

26,5% ( sur les bénéfices supérieures à 38 120 €)

15%(pas plus de 38 120 €)

0%

49% (45%+ 4% impôt sur les hauts revenus ou revenus supérieurs à 500 000 €)

20% (taux standard)

10% (service de transport ; restaurants et tourisme)

GABON

35%

5%

35%

18%

Allemagne

29,65%

14%

47,475% (45% impôt sur le revenu+ 5,5% surtaxe de solidarité sur la base de la facture fiscale totale)

19% (taux standard)

7% (taux réduits)

Gibraltar

10%

17%

40%

0%

Hongrie

9%

15%

15%

27% (taux standard)

18% (taux réduits)

Islande

20%

0%

46%

24% (taux standard)

11% (taux réduits)

Indonésie

22%

5%

35%

10%

Iran

25%

0%

35%

35%-9% (Taux standard)

0%(taux réduits)

Irak

15%

3%

15%    

0-300%

Irlande

12,5%

20%

52% (40% d’impôt sur le revenu+12% de cotisations sociales sur les revenus supérieurs à 70 000 €)

23% (marchandises)

9% à 13,5% (services)

0% (certains aliments)

Italie

27,9%(24%+ 3,9%(municipal))

De 23%

47% (43% impôt sur le revenu + 4% taxe spéciale ajoutée)

22% (taux standard)

10% (taux réduits) 4% (nourriture et livres)

japon

29,74%

15,105%

55,045%

10% (taux standard)

8% (épicerie et plats apporter)

Kenya

30%

10%

30% (pour les citoyens)

35% (pour les non-citoyens)

16% (taux standard)

12%  (électricité et carburant)

malte

35% (à moins d’être admissible à un rabais de 30%)

0%

35%

18% (7% et 5% pour certains biens et services)

Monaco

28%

0%

0%

19,6%-taux le plus élevé)

5,5% (taux le plus bas)

Monténégro

9%

9%

12,65% (11% IMPOT NATIONAL ° 15% surtaxe communale sur impôt sur le revenu)

21% (biens essentiels-aliments de base, eau, produits pharmaceutiques, livres, services touristiques, etc.)

0% (services postaux, éducation, services de sécurité sociale, soins de santé, assurances, etc.)

Portugal

21%

14,5%

48%+11% Sécurité sociale

23% (taux standard)

13% ou 6% (taux standard)

suisse

17,92%

0%

59,7%

10,6% (cotisations sociales obligatoires)

7,7% (taux standard)

3,8% ou 2,5% (taux réduits) 

Comment payer moins d’impôts ?

De nombreuses solutions sont envisageables pour réduire ses impôts grâce à des déductions fiscales ou des crédits d’impôts. Différentes techniques peuvent être utilisées pour réduire le montant de son imposition. Il est possible de réduire vos impôts. Vous pouvez toujours opter pour une solution de réduction d’impôts à la dernière minute. Voici les meilleures solutions pour réduire vos impôts.

Les FCPI et FIP

En souscrivant à des Fonds Commun de Placement dans l’Innovation (FCPI) ou à des Fonds d’Investissement de Proximité (FIP), vous pouvez profiter d’une réduction d’impôt. L’opération est particulièrement recommandée pour les contribuables fortement imposés. Le taux de réduction d’impôt a, en outre, été bonifié en application d’un décret paru au premier trimestre 2022 et est passé à 25 % dès le 18 mars 2022. Ce placement est idéal pour les contribuables qui souhaitent réduire leur pression fiscale et payer moins d’impôts sur le revenu. Ainsi, lorsque vous investissez dans les FCPI ET FIP, vous avez droit à 25 % de réduction d’impôt.

Les SCPI fiscales

Les sociétés civiles de placement peuvent être divisées en deux catégories : les SCPI de rendement et les SCPI fiscales. Elles servent à diminuer les impôts de ceux qui en bénéficient, jusqu’à 14 % du montant de leur souscription. Sur un engagement locatif de 12 ans, la réduction d’impôt peut monter jusqu’à 21 % des sommes investies, plafonnée à 63 000 €.

Le PER

Le Plan Epargne Retraite (PER) est un dispositif de réduction d’impôts de type financier. Cette réduction s’applique soit lors des versements sur le PER pendant la phase d’épargne, durant la vie active. Le PER dispose d’un dernier avantage fiscal, cette fois-ci exceptionnel et valable jusqu’au 1er janvier 2023 uniquement : si vous transférez votre contrat d’assurance vie vers votre épargne retraite vous verrez vos réductions d’impôts totales doubler.

Les dons à des œuvres caritatives

Tout au long de l’année, y compris au cours des dernières semaines, il est possible de faire des dons à des associations ou organismes d’intérêt général. Ces dons vous donnent droit à un crédit d’impôts. Jusqu’à 75 % de réduction d’impôt pour un maximum de 1 000 € de donation. Si vous souhaitez effectuer des donations supérieures à 1 000 €, c’est possible dans la limite de 20 % de vos revenus imposables. La réduction d’impôts sera alors limitée à 66 %.

Fiscalité des expatriés : les formalités à accomplir selon votre statut

Les résidents

Si vous résidez fiscalement dans un pays, vous devez payer l’impôt sur l’ensemble de vos revenus, y compris la rémunération du travail effectué à l’étranger. Vous devez ensuite déposer votre déclaration de revenus auprès du centre des impôts de votre résidence principale. Vous devrez également faire approuver votre compte bancaire ouvert à l’étranger, qu’il soit ouvert ou fermé. En lisant cet article, vous aurez d’autres informations importantes à prendre en compte pour déterminer votre statut fiscal.

Les non-résidents

Les expatriés non-résident, quant à eux doivent remplir les formalités ainsi que le nombre d’années qu’ils ont vécu à l’étranger avant de quitter le pays. Ils doivent inclure tous les revenus perçus entre le 1er janvier et la date de leur déménagement, ainsi que les revenus perçus après la date de votre expatriation. Vous devez également indiquer s’il existe une convention entre votre pays principal et votre pays d’expatriation. Leur but est de déterminer les priorités fiscales ainsi que les taux d’actualisation à appliquer sur les revenus qui sont concernés.

Une convention entre le pays de résidence et le pays d’expatriation

Le pays d’imposition pour le contribuable sera déterminé par la convention fiscale en tenant compte de sa nature pour éviter la double imposition fiscale. Ainsi, soit c’est le pays source des revenus qui perçoit la taxation, soit c’est l’état de résidence :

  • Les revenus d’un bien mise en location, les revenus d’une plus-value : la fiscalité applicable est celle de l’état source
  • Les dividendes, les salaires, les bénéfices : la fiscalité applicable est celle du pays de résidence

Il n’y aucune convention fiscale entre votre pays de résidence et le pays d’expatriation

Dans ce cas, c’est le droit de chaque pays qui détermine si le contribuable est imposable ou non sur son territoire. Il existe donc un risque de double imposition.

    FAQ - Questions fréquentes

    Plusieurs pays offrent des impôts très intéressants sur le plan international. Voici dix pays qui obtiennent de mauvaises notes en matière de fiscalité : Andorre, la Bulgarie, la république de thèque, Géorgie, Gibraltar, Malte, Monaco, le Monténégro, le Portugal et la Suisse.

    Il est obligatoire de payer des impôts notamment en France. En fait, ils servent à financer les dépenses publiques et peuvent constituer un moyen de régulation de l’activité économique. Il faut savoir distinguer les impôts directs des impôts indirects.

    • Déterminer le lieu de son domicile fiscal pour connaître son régime d’imposition
    • Signaler dès que possible, à son centre des finances publiques, sa nouvelle adresse à l’étranger
    • Déclarer ses revenus selon sa situation fiscale
    • S’assurer de procéder un compte bancaire SOPA pour pouvoir payer en ligne.

    Il existe différents moyens pour payer moins d’impôts. Parmi ces moyens, nous avons : Le Plan Epargne Retraite (PERP), Fonds Commun de Placement dans l’Innovation (FCPI), Fonds d’Investissement de Proximité (FIP), don à l’œuvre, SCPI (Les sociétés civiles de placement fiscales)

    Être expatrié, c’est vivre dans un pays qui n’est pas le vôtre. Par conséquent, un expatrié est une personne qui vit et travaille à l’étranger. Son statut d’étranger peut être permanent ou temporaire. Il est difficile de déterminer combien de temps il passera à l’extérieur, car cela dépend de plusieurs facteurs : leur position dans l’entreprise, l’entreprise elle-même, l’évolution de son domaine d’activité…

    Sources utilisées pour la rédaction de cet article

    Expat Immo

    À propos

    Expat' Immo est basé à Singapour et Dubaï. Nous aidons les expatriés à investir dans des immeubles/appartements de rapport en France.