Blog

Convention fiscale

Qu’est-ce qu’une convention fiscale ?

Une convention fiscale est un accord entre deux pays qui définit la manière dont l’impôt sera payé sur les revenus et les biens. L’objectif d’une convention fiscale est d’éviter la double imposition, qui se produit lorsque le même revenu est imposé par les deux pays. Les conventions fiscales peuvent également être utilisées pour prévenir la fraude et l’évasion fiscale. Dans cet article de blog, nous allons discuter de l’objectif des conventions fiscales et fournir quelques exemples de leur utilisation ! Êtes-vous propriétaire d’une entreprise ? Connaissez-vous les conventions fiscales ? Si ce n’est pas le cas, vous devriez le faire. Une convention fiscale est un accord entre deux pays qui décrit comment chaque pays imposera les entreprises opérant sur son territoire. Cette convention peut être avantageuse pour les entreprises, car elle peut contribuer à réduire leur charge fiscale globale. Nous allons examiner quelles sont les conventions fiscales et comment elles peuvent bénéficier à votre entreprise !

La convention fiscale : comment peut-on la définir ?

Définition convention fiscale

Une convention fiscale est un accord entre deux pays qui régit la manière dont les impôts seront prélevés sur les particuliers et les entreprises opérant dans chaque pays. La convention couvre généralement les impôts sur le revenu, les impôts sur les gains en capital, les droits de succession et d’autres formes d’imposition. Les conventions fiscales sont conçues pour promouvoir le commerce et les investissements transfrontaliers en veillant à ce que les contribuables ne soient pas soumis à une double imposition sur le même revenu.

La plupart des conventions fiscales suivent les dispositions du modèle de convention fiscale de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui définit les principes généraux de l’imposition des revenus transfrontaliers. Cependant, chaque convention est unique et peut contenir des dispositions spéciales relatives à des types de revenus ou d’entreprises spécifiques. Par exemple, une convention fiscale entre deux pays pourrait exempter les étudiants étrangers de payer des impôts sur leurs revenus de bourses d’études ou de subventions.

L’objectif d’une convention fiscale est d’éliminer la double imposition et l’évasion fiscale, et de promouvoir la coopération entre les pays dans l’administration de leurs lois fiscales. Les conventions fiscales s’appliquent généralement à l’impôt sur le revenu, mais peuvent également s’appliquer à d’autres impôts, tels que l’impôt sur les successions, les dons ou les ventes.

Si vous êtes résident d’un pays et que vous gagnez des revenus dans un autre, vous pouvez peut-être bénéficier d’une convention fiscale entre les deux pays. Par exemple, si vous êtes un citoyen américain vivant au Canada, vous pouvez bénéficier des dispositions de la convention fiscale entre les États-Unis et le Canada. Si vous n’êtes résident d’aucun des deux pays, ou si vous êtes résident des deux pays, vous pouvez quand même bénéficier de la convention si votre source de revenu se trouve dans l’un des pays et que vous avez un établissement permanent dans l’autre.

Les différents types de conventions fiscales

Il existe différents types de conventions fiscales et chacune est unique.

La convention fiscale bilatérale

Le type de convention fiscale le plus courant est la convention fiscale bilatérale. Les conventions fiscales bilatérales sont conclues entre deux pays et établissent un système d’imposition des revenus transfrontaliers. Une convention fiscale bilatérale est un accord entre deux pays pour résoudre les problèmes fiscaux transfrontaliers. La convention couvre généralement des questions telles que la double imposition, l’évasion fiscale et l’échange d’informations. Les conventions fiscales bilatérales sont également connues sous le nom de conventions de double imposition (CDI). La plupart des pays ont mis en place un réseau de conventions fiscales bilatérales. Les États-Unis, par exemple, ont conclu des conventions fiscales bilatérales avec plus de 60 pays.

Les conventions fiscales bilatérales peuvent offrir des avantages fiscaux importants aux entreprises et aux particuliers opérant dans plusieurs juridictions. Elles peuvent éviter la double imposition, ce qui signifie que les bénéfices sont imposés dans une seule juridiction. Pour les particuliers, la convention peut clarifier quel pays a le droit principal d’imposer certains types de revenus. Les conventions fiscales bilatérales sont négociées entre deux pays et passent généralement par plusieurs séries de projets avant d’être finalisées et signées. Une fois que la convention est ratifiée par les législatures des deux pays, elle peut entrer en vigueur

La convention fiscale multilatérale

Les conventions fiscales multilatérales sont conclues entre trois pays ou plus et établissent un système d’imposition des revenus transfrontaliers. Les conventions fiscales multilatérales sont des accords internationaux entre deux ou plusieurs pays visant à prévenir la double imposition et l’évasion fiscale. Ces traités couvrent généralement des questions telles que l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les gains en capital, l’impôt sur les successions et l’impôt sur les sociétés. L’objectif d’une convention fiscale multilatérale est de veiller à ce que les contribuables ne soient pas soumis à une double imposition sur les mêmes revenus ou actifs. Par exemple, si un contribuable gagne un revenu dans un pays A et le dépense dans un pays B, la convention empêchera les deux pays d’imposer ce revenu.

Les conventions fiscales multilatérales visent également à prévenir l’évasion fiscale en fournissant des règles sur la manière dont les revenus doivent être imposés dans différentes situations. Par exemple, la convention peut stipuler que les revenus du travail doivent être imposés dans le pays où le travail est effectué, plutôt que dans le pays où le contribuable réside. Cela empêche les contribuables d’utiliser des échappatoires pour réduire leur facture fiscale. Cela permet également de rationaliser le processus pour les entreprises qui opèrent dans plusieurs pays. De nombreux pays ont conclu entre eux des conventions fiscales multilatérales afin d’offrir une certitude et d’éviter la double imposition aux contribuables. Les partenaires les plus courants des conventions comprennent les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et d’autres pays.

Si les conventions fiscales multilatérales offrent de nombreux avantages, elles peuvent aussi être complexes et difficiles à comprendre. Si vous êtes soumis à une double imposition ou si vous pensez pouvoir réduire votre facture fiscale en utilisant une convention, il est important de demander conseil à un conseiller fiscal qualifié.

La convention fiscale unilatérale

Les conventions fiscales unilatérales sont conclues par un seul pays et établissent un système d’imposition des revenus transfrontaliers. Une convention fiscale unilatérale est une convention fiscale entre deux pays dans laquelle un seul pays accepte d’accorder des avantages fiscaux à l’autre pays. Le pays qui fournit les avantages fiscaux est connu sous le nom de « pays bénéficiaire ».

Le pays bénéficiaire accepte généralement de fournir ces avantages en échange de quelque chose d’autre, comme de meilleures opportunités d’investissement ou l’accès au marché d’un autre pays. Les conventions fiscales unilatérales sont souvent utilisées comme un moyen d’encourager les investissements dans le pays bénéficiaire. En offrant des allégements fiscaux et d’autres avantages, le pays bénéficiaire est en mesure d’attirer des investisseurs étrangers qui, autrement, n’investissent peut-être pas dans le pays. Cela peut conduire à la croissance économique et au développement du pays bénéficiaire.

Les conventions fiscales unilatérales peuvent également être utilisées pour accorder un allégement de la double imposition, des droits de succession et d’autres taxes. Elles sont généralement négociées entre des pays ayant des liens économiques étroits. Les conventions fiscales unilatérales présentent certains inconvénients. Par exemple, le pays bénéficiaire peut finir par supporter une charge fiscale plus élevée que dans le cadre d’une convention bilatérale ou multilatérale. En outre, le pays bénéficiaire peut être moins susceptible de recevoir des avantages fiscaux d’autres pays s’il dispose d’une convention unilatérale. Un allégement fiscal unilatéral peut également être fourni par le biais de crédits d’impôt unilatéraux, qui sont disponibles pour les résidents de certains pays. Les États-Unis disposent d’un certain nombre de crédits d’impôt unilatéraux, qui sont disponibles pour les résidents de certains pays. Ces crédits d’impôt unilatéraux permettent aux contribuables de réduire leur revenu imposable américain.

Les conventions fiscales unilatérales présentent certains inconvénients. Par exemple, le pays bénéficiaire peut finir par supporter une charge fiscale plus élevée que dans le cadre d’une convention bilatérale ou multilatérale. En outre, le pays bénéficiaire peut être moins susceptible de recevoir des avantages fiscaux d’autres pays s’il dispose d’une convention unilatérale.

Les avantages des conventions fiscales

Les conventions fiscales présentent de nombreux avantages. L’avantage le plus important est qu’elles évitent la double imposition. La double imposition peut se produire lorsque le même revenu est imposé par deux pays différents. Cela peut se produire si vous gagnez un revenu dans un pays et que vous déménagez ensuite dans un autre pays. Un autre avantage des conventions fiscales est qu’elles favorisent la coopération entre les pays dans le domaine de la fiscalité. Cette coopération peut prendre de nombreuses formes, comme l’échange d’informations et la fourniture d’une assistance fiscale. Les conventions fiscales peuvent contribuer à réduire la charge fiscale globale en prévoyant des taux d’imposition plus faibles sur certains types de revenus.

Les avantages suivants des conventions fiscales :

  • Évitement de la double imposition
  • Mise en place de règles et de procédures claires
  • Encouragement des investissements étrangers
  • Développement des relations commerciales et économiques
  • Fournir une certitude et une stabilité aux entreprises opérant dans plusieurs juridictions

En outre, les conventions fiscales peuvent aider à résoudre les différends entre les autorités fiscales de différents pays, et peuvent prévoir une assistance mutuelle pour la perception des impôts. Ainsi, dans l’ensemble, les conventions fiscales peuvent offrir de nombreux avantages aux entreprises et aux particuliers opérant dans plusieurs juridictions. Elles peuvent contribuer à éviter la double imposition, à établir des règles et des procédures claires et à encourager les investissements étrangers et le commerce. En outre, elles peuvent apporter certitude et stabilité, et aider à résoudre les différends entre les autorités fiscales.

Les inconvénients des conventions fiscales

Bien qu’il y ait certains avantages à une convention fiscale, il y a également plusieurs inconvénients à prendre en compte. L’un des principaux inconvénients est que la convention peut être utilisée pour mettre des revenus à l’abri de l’impôt. Par exemple, si une personne a des revenus provenant d’investissements dans un autre pays, elle peut être en mesure d’utiliser la convention fiscale pour éviter de payer des impôts sur ces revenus. En outre, la convention fiscale peut également être utilisée pour éviter de payer des impôts sur les gains en capital. Un autre inconvénient d’une convention fiscale est qu’elle peut limiter la capacité d’un pays à percevoir des impôts sur les revenus gagnés dans ce pays.

Un autre inconvénient d’une convention fiscale est qu’elle peut limiter la capacité du gouvernement à percevoir des impôts. Par exemple, si un pays a conclu une convention fiscale avec un autre pays, le gouvernement peut ne pas être en mesure de percevoir des impôts sur les revenus gagnés dans cet autre pays. Cela peut entraîner une diminution des recettes pour le gouvernement. Enfin, la convention fiscale peut également créer un désavantage pour le pays qui est parti de la convention. Le pays peut être tenu d’accorder un traitement préférentiel à l’autre pays, par exemple en accordant un allégement fiscal aux citoyens de l’autre pays. Cela peut désavantager le pays sur le marché international.

En dehors de ces inconvénients, on a également :

  • La réduction des recettes fiscales pour les gouvernements concernés a entraîné une augmentation de la complexité et des coûts de conformité
  • Une difficulté à faire respecter les termes du traité
  • Un risque d’abus de la part des contribuables

Quelques exemples de convention fiscale

Il existe de nombreux exemples de conventions fiscales. Les exemples les plus connus sont la Convention fiscale entre le Canada et les États-Unis, la Convention entre le Royaume-Uni et la France et la Convention fiscale entre l’Australie et le Japon.

Voici d’autres exemples de conventions fiscales :

  • La convention fiscale entre les États-Unis et le Canada, également connue sous le nom de Convention entre le gouvernement des États-Unis d’Amérique et le gouvernement du Canada en matière d’impôts sur le revenu et les gains en capital, signée à Washington le 26 septembre 1980, modifiée par des protocoles signés à Washington le 14 juin 1983, le 28 mars 1984, le 17 mars 1995 et le 29 juillet 1997.
  • La Convention entre les gouvernements des États-Unis d’Amérique et du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu et les gains en capital, signée à Londres le 31 décembre 2001.
  • La Convention entre le Royaume de Norvège et les États-Unis d’Amérique en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu, signée à Washington le 23 septembre 1996, modifiée par les Protocoles signés à Washington le 6 juin 2003 et à Oslo le 21 novembre 2006.
  • La Convention fiscale entre les États-Unis et la France, également connue sous le nom de Convention franco-américaine, a été signée le 30 août 1994 et est entrée en vigueur le 1er janvier 1996.
  • La Convention fiscale entre le Canada et la France, également connue sous le nom de Convention franco-canadienne, a été signée le 24 août 1995 et est entrée en vigueur le 1er janvier 1996.
  • Les États-Unis ont des conventions fiscales avec plus de 60 pays.
  • Le Canada a des conventions fiscales avec plus de 90 pays.
  • Le Royaume-Uni a des conventions fiscales avec plus de 140 pays.
  • La France a des conventions fiscales avec plus de 100 pays

Les disposition contenues dans les conventions fiscales

De nombreuses conventions fiscales contiennent des dispositions qui permettent d’éviter la double imposition dans des situations spécifiques. Par exemple, si une personne est résidente d’un pays mais gagne un revenu dans un autre pays, la convention peut prévoir un crédit ou une exonération d’impôt dans le pays de résidence sur le revenu gagné dans l’autre pays. Cela permet de s’assurer que la personne n’est pas imposée deux fois sur le même revenu.

Certaines conventions fiscales contiennent également des dispositions relatives à l’échange mutuel de renseignements entre les autorités fiscales des deux pays. Cela permet à chaque pays d’accéder aux informations qui peuvent être pertinentes pour déterminer le montant correct de l’impôt dû par les contribuables dans les deux pays. Cela permet à chaque pays d’accéder aux informations qui peuvent être pertinentes pour déterminer le montant correct de l’impôt dû par les contribuables des deux pays. Chaque traité est différent et peut contenir des dispositions différentes. Cependant, la plupart des conventions fiscales partagent des dispositions similaires, telles que :

  • Des dispositions pour l’élimination de la double imposition
  • Des dispositions pour la réduction ou l’élimination des retenues à la source sur certains types de revenus
  • Des dispositions relatives à l’échange d’informations entre les autorités fiscales

Le fonctionnement d'une convention fiscale

Une convention fiscale est un accord entre deux pays qui définit les règles d’application des impôts aux personnes et aux entreprises opérant dans les deux pays. La convention peut couvrir une variété d’impôts, notamment l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les droits de succession. Dans le cadre d’une convention fiscale, chaque pays accepte d’exempter certains types de revenus de l’impôt dans l’autre pays. Par exemple, une convention peut exempter le revenu gagné par une société étrangère de l’impôt sur les sociétés dans le pays où la société est basée. Il peut ainsi être plus intéressant pour les entreprises d’opérer dans le pays dont les règles fiscales sont les plus favorables.

Les traités peuvent également contenir des dispositions permettant aux particuliers de demander un allègement fiscal sur les revenus gagnés dans un autre pays. Par exemple, un traité peut permettre à un particulier de demander une déduction pour les impôts payés dans l’autre pays sur le revenu imposable dans son propre pays. Les règles contenues dans une convention fiscale sont généralement négociées entre les gouvernements des deux pays concernés. Une fois convenu, le traité est signé par les deux pays et entre en vigueur lorsqu’il est ratifié par le parlement de chaque pays. Les conventions fiscales peuvent être complexes et les règles qu’elles contiennent peuvent varier considérablement d’une convention à l’autre. Les entreprises et les particuliers devraient demander l’avis d’un professionnel pour s’assurer qu’ils respectent les règles pertinentes des traités.

Le modèle de la convention fiscale

Le modèle de convention fiscale est un accord entre deux pays concernant l’imposition du revenu, du capital et d’autres actifs. Il est également connu sous le nom de Modèle de convention fiscale de l’OCDE. La convention définit les règles d’imposition du revenu, du capital et d’autres actifs dans chaque pays. Le modèle de convention fiscale sert de base à la négociation des conventions fiscales entre les pays. Le modèle de convention fiscale est conçu pour éviter la double imposition et l’évasion fiscale. La convention définit les règles d’imposition du revenu et du capital dans chaque pays. Le modèle de convention fiscale sert de base à la négociation des conventions fiscales entre les pays.

La convention définit les règles d’imposition du revenu et du capital dans chaque pays. Le modèle de convention fiscale sert de base à la négociation des conventions fiscales entre les pays. La convention définit également des règles visant à prévenir la double imposition et l’évasion fiscale, et à garantir que les contribuables sont traités équitablement. Le Modèle de convention fiscale de l’OCDE est le modèle de convention fiscale le plus largement utilisé dans le monde. Plus de 3 000 conventions fiscales ont été conclues sur la base du modèle de convention fiscale, chaque convention reflétant les besoins uniques des pays concernés.

Le modèle de convention fiscale de l’OCDE est régulièrement mis à jour pour refléter les changements dans les lois et pratiques fiscales. La dernière version du modèle de convention fiscale a été publiée en juillet 2017. La convention fiscale de l’OCDE est un traité international qui définit les règles sur la manière dont les pays doivent se traiter mutuellement en matière fiscale. La convention vise à éviter la double imposition, à promouvoir la coopération entre les pays en matière fiscale et à prévenir l’évasion fiscale. La convention fiscale de l’OCDE est l’instrument le plus important pour la coopération entre les pays en matière fiscale. Elle définit les règles sur la manière dont les pays doivent se traiter mutuellement en matière fiscale, et fournit le cadre des conventions de double imposition (CDI) entre les pays.

La Convention fiscale de l’OCDE est le seul traité international qui couvre tous les aspects de la fiscalité, y compris les impôts sur le revenu, les impôts sur le capital, les droits de succession et les droits de donation. Elle comprend également des règles sur le partage de l’information et l’aide au recouvrement des impôts. La Convention fiscale de l’OCDE est ouverte à tous les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). À ce jour, la Convention a été signée par plus de 100 pays.

    FAQ - Questions fréquentes

    Une convention fiscale est un accord entre deux pays qui régit la manière dont les impôts seront prélevés sur les particuliers et les entreprises opérant dans les deux pays. La convention est conçue pour éviter la double imposition, qui peut se produire lorsque chaque pays impose ses propres règles fiscales sur le même revenu. Cela peut contribuer à garantir que les entreprises et les particuliers sont imposés équitablement et une seule fois sur leurs revenus.

    Pour illustrer le fonctionnement d’une convention fiscale, prenons les exemples suivants :

    • Les États-Unis ont conclu des conventions fiscales avec un certain nombre de pays, dont le Canada, le Mexique et le Royaume-Uni
    • En vertu de la convention fiscale entre les États-Unis et le Canada, les entreprises opérant dans les deux pays peuvent demander un crédit pour les impôts payés à l’autre pays
    • La convention fiscale entre les États-Unis et le Mexique permet aux entreprises de déduire les impôts payés au Mexique de leurs obligations fiscales aux États-Unis
    • La convention fiscale entre les États-Unis et le Royaume-Uni exempte certains types de revenus de l’impôt dans les deux pays

    Ces exemples montrent comment les conventions fiscales peuvent atténuer la double imposition et créer un environnement fiscal plus favorable pour les entreprises opérant dans plusieurs pays.

    Voici quelques exemples de conventions fiscales bilatérales  :

    • France et Allemagne
    • Royaume-Uni et États-Unis
    • Le Canada et les États-Unis
    • L’Australie et la Nouvelle-Zéland

    Voici quelques exemples de conventions fiscales multilatérales :

    • La Convention concernant l’assistance administrative mutuelle en matière fiscale
    • Le Modèle de convention fiscale de l’OCDE concernant le revenu et la fortune
    • Le Modèle de Convention des Nations Unies concernant les doubles impositions entre pays développés et pays en développement

    Sources utilisées pour la rédaction de cet article

    Expat Immo

    À propos

    Expat' Immo est basé à Singapour et Dubaï. Nous aidons les expatriés à investir dans des immeubles/appartements de rapport en France.